“Tu es une éponge” : j’ai souvent entendu cette expression de la bouche de mes parents lorsque j’étais petite. Je trouve l’image très bien choisie. En tout cas elle a remplacé pendant de longues années, un mot qui n’est arrivé qu’à l’aube de mes 30 ans : l’hypersensibilité. Dans cet article je vous explique ce qu’est l’hypersensibilité en partant de mon vécu certes mais aussi d’études que j’ai pu lire à ce sujet.

J’aimerais commencer en vous disant ceci : l’hypersensibilité n’est ni une maladie ni un trouble à proprement parler. C’est un fonctionnement psychoaffectif particulier. Un trait de caractère.

Les personnes hypersensibles représentent 15 à 20% de la population ! Ces chiffres sont bien trop petits pour que l’hypersensibilité soit considérée comme “typique”. C’est pourquoi on peut considérer les enfants hypersensibles comme “atypiques”. Leur fonctionnement leur permet difficilement de rentrer dans un moule.

 

Elaine Airon, docteur en psychologie, a effectué un travail de recherche qui a prouvé que les processus cérébraux des personnes hypersensibles se traduisent par une surexcitation des zones neuronales liées aux émotions et à l’interaction avec autrui engendrant, entre autres, une plus grande empathie.

Plus tard, il a été prouvé que les neurones miroirs sont beaucoup plus réactifs chez les personnes hypersensibles. Là voilà la fameuse image de l’éponge à émotions :-). Je me souviens petite me mettre à pleurer en voyant quelqu’un pleurer (ça m’arrive encore maintenant mais je le comprends mieux !)

Voici quelques unes des caractéristiques des enfants hypersensibles (et plus largement des personnes hypersensibles) :

-L’hyperesthésie : le cerveau de l’enfant hypersensible réagit souvent de manière disproportionnée aux stimuli sensoriel. Un tee-shirt qui gratte, une odeur qui dérange, un bruit qui obnubile… L’hypersensibilité témoigne d’un traitement sensoriel plus subtil et plus complexe

-L’hyper-réactivité émotionnelle. Baudelaire écrivait : “Tout enfant, j’ai senti dans mon coeur, deux sentiments contradictoires : l’horreur de la vie et l’extase de la vie”. Ce cher monsieur nous apportait la définition de l’hypersensibilité sur un plateau. L’enfant hypersensible peut ressentir des émotions exacerbées. Il a des réactions que nous pouvons juger disproportionnée et qui nous amènent à penser qu'”il en fait tout un plat”

Le traitement très profond de l’information avec un sens du détail et du subtil. Différents travaux ont montré une plus grande activation de la zone du cerveau appelée insula. C’est la partie du cerveau que l’on appelle aussi siège de la conscience. Celle qui intègre la connaissance momentanée des états intérieurs et des événements extérieurs. L’enfant hypersensible a une connaissance très fine de ce qui se passe à l’intérieur et à l’extérieur, nous sommes donc plus souvent en état de vigilance. Dans ce cadre là, tout changement même infime peut-être déstabilisant et source de stress.

Les fortes capacités d’intuition, de créativité et…d’émerveillement ! Cette hypersensibilité aux signaux faibles confèrent aux enfants hypersensibles une intuition particulièrement fine qui lorsqu’elle est valorisée peut ouvrir la porte à une créativité bouillonnante. Les enfants hypersensibles ont aussi une très grande capacité à s’émerveiller.

-Certes, du fait de leur hyper-réactivité émotionnelle et de leur lucidité extrême, les enfants hypersensibles sont souvent plus stressés, plus anxieux que la moyenne mais la bonne nouvelle c’est qu’ils possèdent en eux de véritables pépites pour prendre soin d’eux et pour devenir des enfants puis des adultes épanouis.

Je suis persuadée que s’ils sont bien accompagnés, si leur hypersensibilité, leur intuition, leur créativité sont valorisées, alors ces enfants là contribueront à construire un monde meilleur.

Avant de leur confier cette lourde responsabilité, il est nécessaire de les aider à apprivoiser leurs émotions, à se détendre. Il est important de les encourager à créer, à s’émerveiller.

C’est ce que je fais dans mes Balades de l’Émerveillement® en utilisant des outils adaptés à leurs besoins à savoir la lecture à voix haute, la création artistique, le jeu, la marche et…la nature bien-sûr

Le contact avec la nature pour ces enfants là est encore plus bénéfique. Elle leur confère, entre autres, le calme dont ils ont besoin pour se détendre et s’apaiser.

Naturellement,

Manon 

PS : Je suis en live tous les 15 jours sur le groupe privé “Solution Nature pour Enfants Stressés” pour vous accompagner. Pour le rejoindre, c’est par ici