Je suis celle qui, en regardant cette photo, ressent de la joie.

J’ai toujours été « aimantée » par les personnes que l’on nomme trop souvent les « différentes ». Personnes handicapées, autistes, hyperactifs, surdoués..peu importe l’étiquette qu’on leur a collée, j’ai toujours voulu échanger, interagir avec elles, parce qu’avec elles je me sens bien…tout simplement.

J’ai très vite imaginé travailler dans des milieux spécialisés et me suis donc intéressée de près au métier de psychomotricienne. Mais l’environnement de travail (salles fermées, chambres, ambiance -parfois sclérosée il faut le dire-) ne convenait pas à l’hypersensible que je suis.

Je me suis vite rendue compte que tout mon être ne pouvait rayonner et que toutes mes capacités d’échange ne pouvaient se déployer, que dans un milieu où j’étais complètement à l’aise : dehors, dans la nature !

La semaine dernière, j’ai accompagné un groupe de personnes âgées souffrant de la maladie d’alzeihmer lors d’une de mes balades de l’émerveillement. La balade était merveilleuse. Des sourires, des échanges, des mots d’amour, des accolades, des fleurs et des mots : j’ai reçu tout autant que j’ai donné….

Je souhaite défendre un droit à la nature pour tous. C’est pourquoi, dans la mesure du possible et en concertation directe avec les parents ou les aidants, je fais en sorte d’accueillir au mieux ces personnes dans mes balades.

Ensemble, dehors, c’est tout !